Variez vos effets avec l’anaphore

Captiver une audience est loin d'être facile. Utilisez la figure de style de l'anaphore pour une prise de parole réussie

L’anaphore est une répétition d’un mot ou d’un groupe de mots ; elle se décline en plusieurs variantes pour rendre une prise de parole plus impactante et plus profonde.

 

L’éphanore

Si la répétition intervient en début de phrase, il s’agit alors d’une épanaphore.

Exemple :

Salut aux humiliés, aux émigrés, aux exilés sur leur propre terre qui veulent vivre et vivre libres.

Salut à celles et à ceux qu’on bâillonne, qu’on persécute ou qu’on torture, qui veulent vivre et vivre libres.

Salut aux séquestrés, aux disparus et aux assassinés, qui voulaient seulement vivre et vivre libres.

Salut aux prêtres brutalisés, aux syndicalistes emprisonnés, aux chômeurs qui vendent leur sang pour survivre, aux Indiens pourchassés dans leur forêt, aux travailleurs sans droit, aux paysans sans terre, aux résistants sans armes qui veulent vivre et vivre libres.

François Mitterrand, Discours de Cancun (Mexique), 20 octobre 1981

Le président de la république francois mitterrand était lui aussi un excellent orateur

L’épiphore

Si la répétition intervient en fin de phrase, il s’agit alors d’une épiphore.

Vous en avez assez qu’on vous dise :
« Plus de croissance, ce n’est pas possible ! »
« Le plein emploi, ce n’est pas possible ! »
« Travailler plus pour gagner plus, ce n’est pas possible ! »
« L’augmentation du pouvoir d’achat, ce n’est pas possible ! »
« Que tout le monde sache lire, écrire et compter, ce n’est pas possible ! »
« Choisir l’école de vos enfants, ce n’est pas possible ! »
« Le recul de la délinquance, ce n’est pas possible ! »
« Le service minimum dans le service public, ce n’est pas possible ! »
« La baisse des impôts, ce n’est pas possible ! »
« La politique industrielle, ce n’est pas possible ! »
« La taxation des pollutions, ce n’est pas possible ! »
« La préférence communautaire, ce
n’est pas possible ! »
« La lutte contre les concurrences déloyales, ce n’est pas possible ! »

Discours de Nicolas Sarkozy, le 20 mars 2007, à Villebon-sur-Yvette.

 

La double anaphore

S’il y a une répétition au début et à la fin, cela devient une double anaphore : épanaphore et épiphore.

On vous a souvent trompés. Je le sais.
On vous a parfois menti. Je le sais.
On vous a même trahi. Je le sais.

Discours de Nicolas Sarkozy, le 20 mars 2007, à Villebon-sur-Yvette.

Nicolas Sarkozy, l'ancien président de la République française était un excellent orateur

La dernière variante de l’anaphore

La répétition peut intervenir en fin de phrase pour être reprise ensuite en début de phrase.

Je veux vous rendre votre liberté.
Votre liberté de choix.
Votre liberté de parole.
Votre liberté de penser.

Discours de Nicolas Sarkozy, le 27 avril 2007, à Clermont-Ferrand.

L’anaphore est couramment employée dans les discours politiques. En effet, elle permet de mettre en valeur une idée avec emphase.

Entrainez-vous à prononcer des anaphores pour développer la force de votre discours et maintenir l’attention de ceux qui vous écoutent.

Pour partager cet article :