[fiche de lecture] Parler en public, le guide officiel de TED

Apprendre l'art oratoire passe de la pratique et de la thoérie, voici la fiche de lecture d'un des livres fondateurs de l'art oratoire moderne

Voici une fiche de lecture du livre de Chris Anderson : Parler en public, TED – le livre officiel.

 

Ce livre est considéré comme étant l’un de les livres fondateurs de la prise de parole en public. La fiche de lecture qui suit avait vocation à être personnelle, pardonnez donc le manque de mise en forme…je suis resté à l’essentiel !



Les bases

Un orateur est comme un guide touristique, il prend les gens où ils sont pour leur faire découvrir quelque chose

 

N’essayez pas de faire du réchauffé. Les spectateurs ne sont pas dupes et ils sont accros à la nouveauté.

 

3 finalités possibles dans un discours

  • Exploratif
  • Explicatif
  • Persuasif



Les pièges

  • L’autopromotion, qui assomme n’est pas appréciée, ne convainc pas et n’apporte pas de valeur
  • On respecte le temps des autres et on prépare quelque chose. On se prépare soi-même et ce qu’on a à dire
  • Il faut tenir des propos intéressants et non intéressés
  • Il ne faut pas prendre la parole pour la célébrité

 

La colonne vertébrale

Le fil conducteur doit tenir en une 15aine de mots

Mystérieux : pas trop prévisible, ni trop commun

 

Comment faire :

1) En savoir le maximum sur l’audience. Goûts, hobbies, maturité sur le sujet, sujet des conférences précédentes, quelles sont leurs attentes

2) Pour rentrer dans la limite de temps il faut tout écrire puis faire le tri

3) Pour susciter l’intérêt il y a 2 conditions :

  • De quelle problème/question allez vous parler
  • Étoffer vos arguments de faits réels

4) Libère l’espace et dis-en moins. Soustraire c’est ajouter. Repérer une idée directrice et éliminer le reste



Ossature classique

  1. Intro : on établit le sujet
  2. Contexte : on en explique l’importance
  3. Idées principales
  4. Implications pratiques
  5. Conclusion

 

Une conférence doit tourner autour d’une idée et non d’un problème.

Un problème a un point de vu moral. 

Une idée pique la curiosité.

 

Checklist pour trouver le fil conducteur

  1. Est-ce un sujet qui me passionne ?
  2. Suscite-t-il la curiosité ?
  3. Est-ce qu’il apportera quelque chose aux spectateurs ?
  4. S’agit-il d’un don ou d’une demande de ma part ?
  5. Est-ce que ce que je dis est nouveau où est-ce du réchauffé ?
  6. Suis-je réellement capable d’expliquer tout ça dans le temps imparti, en trouvant des exemples adéquats ?
  7. Est-ce que je connais suffisamment mon sujet pour ne pas faire perdre de temps aux spectateurs ?
  8. Ai-je suffisamment de crédibilité pour m’y attaquer ?
  9. Comment résumer le sujet en 15 mots ?
  10. Est-ce que ces 15 mots parviennent à éveiller suffisamment l’intérêt pour que les gens aient envie d’assister à ma conférence ?

 

Faire une conférence à blanc devant une seule personne permet de cristalliser ce qui est à améliorer.

 

Les composantes d’un prise de parole

  1. Les outils
  2. Le contact
  3. La narration
  4. L’explication
  5. La persuasion
  6. La révélation
Liste des points à prendre en compte avant une prise de parole en public

Le coeur d’une prise de parole réussie

Le contact

On n’introduit pas des idées dans la tête des gens , il faut qu’ils nous délivrent une sorte de laissez-passer.

Avant de commencer, établir un contact visuel avec 2 personnes, sourire, et dire sa phrase d’intro

 

Montrer sa vulnérabilité

Partager quelque chose de personnel permet de créer de l’empathie

Ne jamais partager ce que l’on n’assume pas. En cas de doute, tester la méthode lors de la session à blanc.

 

Faites les rire

  • Quand 2 personnes rient ensemble, elles ont l’impression d’être du même côté de la barrière
  • Le message subliminal c’est « Allez, on ne va pas s’ennuyer »
  • Raconter des boutades en rapport avec votre thème principal
  • Garder en tête une plaisanterie toute prête en cas d’imprévu (panne de lumière, bug de power point, etc.)
  • La dérision est possible mais difficile. Dire le contraire de votre message et de corriger rapidement
  • Quand vous déclenchez le rire il faut aussi le laisser retomber
  • Tester ses blagues avant
  • Pas de blagues noires ou injurieux, c’est une conférence pas un one man show
  • Le sarcasme et l’humour de vestiaire est à bannir. Tout comme la religion, l’ethnicité et la politique

 

Rester humble

  • Ne dites pas qui/comment vous êtes au public, laissez-le découvrir
  • Ne pas faire de name-dropping
  • Ne pas raconter des histoires dont le seul but est de se faire mousser
  • Mettez en avant les faits d’armes d’une personne mentionnée
  • Parlez de lui plutôt que d’une idée

 

Raconter une histoire

Soyez vrai et tout se passera bien

 

Formule pour raconter une histoire

  1. Un protagoniste vise un objectif particulier mais il rencontre un obstacle imprévu
  2. S’ensuit une crise
  3. Le personnage tente de surmonter l’obstacle
  4. Les événements atteignent un paroxysme avant d’évoluer vers le dénouement
  5. Bien entendu il y a parfois des interruptions et des retournements de situation

 

Quelques règles pour raconter une histoire

– Prendre un personnage qui suscite facilement l’empathie

– Créer de la tension en éveillant de la curiosité (ajout d’une intrigue ou de faits réels)

– Être vigilant sur les détails : s’il y en a trop peu, le récit ne sera pas assez vivant. S’il y en a trop on s’enlisera dedans…

– Soigner la chute. Il faut déboucher sur une solution satisfaisante (drôle, émouvante, révélatrice…)

– Maintenir le fil conducteur (l’arc narratif du récit)

– Si l’histoire est fascinante la réaction du public sera forte

– Si le personnage choisi s’identifie facilement a pleins de monde dans l’audience l’empathie générale sera forte, et générale

– En suivant la formule ci-dessus ce sera facile de se souvenir du texte de l’histoire. Et le cerveau est habitué à se souvenir de choses qui se succèdent

– L’absence de fil conducteur dans leur histoire est la raison n°1 qui pousse les gens à annuler leur conférence TED

– Raconter la vérité. Et ne pas être tenté d’en remettre une couche afin d’impressionner encore plus. Car au moindre couac, c’est tout le suspense qui s’effondre.

 

La puissance des paraboles

La parabole n’est pas facile à faire et il ne faut pas s’y attarder trop longtemps mais c’est un moyen de transmettre une idée qui est puissante car divertissante, informative et génératrice d’idées

 

Expliquer une tâche compliqué

  • Quand quelque chose nous intrigue on ouvre grand les oreilles et notre cerveau. On écoute d’avantage
  • Commencer dans le présent. Et ne pas s’encombrer d’hypothèses
  • Éveiller la curiosité / allumer le feu
  • Introduire les concepts un à un
  • Recourir à la métaphore
  • Utiliser des exemples

 

Checkup pour ne pas perdre l’attention de l’audience

  • Est-ce que l’auditoire connaît déjà le sujet ?
  • Quel est le fil rouge ?
  • Quels concepts utiliserez vous ? Quelles métaphores utiliserez vous pour présenter ces concepts

 

Le diable se trouve dans les détails

  • On a tendance à penser que des concepts et/ou idées sont acquis alors que pas du tout. Et pour les expliquer rien de mieux qu’une hiérarchisation claire et précise
  • Les mots les plus importants sont parfois les mots de liaison
  • Éliminer tout jargon ou acronyme
  • Il ne faut pas non plus forcer la conclusion trop vite. Si l’auditeur n’a pas l’impression d’avoir compris par lui-même ça lui enlève un peu de plaisir
Le diable se trouve dans les détails, d'autant plus quand vous prenez la parole en public. D'où l'importance de répéter

Être captivant

Se faire comprendre

En procédant par élimination d’éventualites plausibles on facilite la tâche de l’audience. Il permet de mieux appréhender le sujet

Ne pas assumer qu’une hypothèse soit déjà comprise par l’audience

Trouver une manière originale de raconter une histoire permet d’engager l’auditoire

 

La raison

Voir résumé de Schopenhauer

Utiliser la raison sous forme d’équation

Utiliser le raisonnement par l’absurde est aussi efficace (a condition de s’attaquer uniquement à l’idée et non aux personnes, risque de lourdeur sinon)

 

Le roman policier

Commencer par une énigme, ellucider les alternatives une à une. L’audience ne doit pas assister à l’enquête mais y participer

 

Recourir à l’humour dès le début

  • Raconter une anecdote, si l’auditoire sait pourquoi cela vous passionne il vous écoutera avec plus d’attention
  • Utiliser des exemples frappants pour illustrer vos propos
  • Utiliser la validation de pairs
  • Utiliser des supports visuels convaincants

 

L’art de la prestation c’est obtenir qu’une personne renonce a sa version du monde pour une autre. Au cœur de cela se trouve la logique, qui s’apparente à un chêne qui a de profondes racines mais qui n’est pas le plus bel arbre.

 

Il faut faire des révélations. Voici 3 façons de le faire :

  1. Les images parlent plus que les mots. Utiliser une suite d’images. Bon exemple de cela : Reuben Margolin sculpture mouvement + qlouis Schwartzenberg + Ross Lovegrove
  2. Le but est d’éveiller l’intérêt du spectateur et au final de faire une promenade hallucinante
  3. Une petite phrase avant la révélation

 

Pour les présentations démos il faut :

  • Un élément déclencheur
  • Un contexte, décor, historique de l’intervention
  • Une démonstration, plus elle est spectaculaire mieux c’est
  • Une conclusion évoquant les répercussions

 

Esquisser une vision passionnante sur l’avenir est la chose la plus grande que puisse offrir un orateur

 

3 types de slides

  • Révélateur
  • Explicatif
  • Esthétique

Le public n’est pas dérangé par le fait que vous lisiez vos notes. Seulement vous.

 

3 techniques pour respecter le temps imparti

  1. Répéter sa présentation pleins de fois
  2. Regarder sa montre au moins à mi-chemin
  3. Prévoir du contenu pour 90% du temps, laisser 10% d’imprévu

 

Quand on écrit le texte voici quelques questions pour savoir si on garde une phrase ou non

  • Est-ce essentiel pour le message que je veux faire passer ?
  • Est-ce intéressant ?
  • Ce que je dis, ça fonctionne bien ou pas ?
  • —–> chaque fois que la réponse est “peut-être”, on jette

 

Checklist pour le public qui assiste aux répétitions

  1. Ai-je capté votre attention dès le début ?
  2. Suis-je parvenu à établir un contact visuel ?
  3. Ma conférence vous a t elle apporté une nouvelle idée a mûrir ?
  4. Êtes-vous satisfait de chacune des étapes du voyage que nous venons de faire ensemble ?
  5. Y avait il assez d’exemples ?
  6. Les ton employé était-il juste ?
  7. Avez-vous eu l’impression que je discutais avec vous? Ou plutôt que je faisais un sermon ?
  8. Le ton et le rythme étaient-ils assez variés ?
  9. Est-ce que j’avais l’air de recracher du par cœur ?
  10. Et mon humour ? Naturel ou raté ? Est-ce que j’en ai mis assez ?
  11. Mes visuels, utiles ou too much ?
  12. Avez-vous remarqué un truc qui clochait ? Comme un tic de langage par exemple
  13. Ma façon de bouger était elle naturelle ou pas ?
  14. Ai-je finit dans les temps ?
  15. Y a-t-il eu des temps morts ou vous vous êtes dit que c’était un peu long ? Y a t il des choses que je peux couper ?

 

Pour implanter une idée dans la tête des gens rien de mieux que de la curiosité.

Ne pas mentionner le sujet dans la première question

 

On convainc en 2 temps

  1. A l’écrit
    1. C’est les 2 premières secondes
    2. Puis au bout de 10 secondes
  2. A l’oral
    1. C’est au bout de 10 secondes
    2. Puis au bout de 1 min

 

Gestion du stress

  • C’est un tremplin. C’est normal d’en avoir et il faut le dompter
  • Laissez-le sortir de votre corps : cris ou exercices physiques (pompes ou flexions)
  • Boire de l’eau (20 – 30 cl)
  • Ne pas avoir l’estomac vide
  • Si vous avez un trou, l’avouer avec la manière
  • Se faire des amis dans le public. Ou faites semblant d’en avoir
  • Prévoir un plan B dans le cas d’un problème technique

 

Il y a différents degrés d’adhésion à une prise de parole

  1. Établissement d’un lien
  2. Implication
  3. Compréhension
  4. Empathie
  5. Enthousiasme
  6. Conviction
  7. Désir d’action
  8. => Ponctuer son texte de pause, de sourires, d’intonations, de mots bas ou l’inverse

 

Niveau rapidité de parole il faut parler normalement. Ralentir quand on parle de concept compliqué

Quand on parle vite l’audience n’a pas le temps de penser à autre chose. Elle n’a pas le temps non plus de s’attarder sur les mots parasites ou les éventuels tics de langage

 

Types de personnes intéressées par la prise de parole en public

  • Tout lycéen désireux d’acquérir une belle assurance
  • Tout jeune diplômé rêvant de faire carrière
  • Tout salarié cherchant à monter en grade
  • Toute personne engagé ou soucieuse de se forger une réputation
  • Tout individu enthousiaste impatient d’entrer en relation avec d’autres citoyens du monde
  • Tous ceux qui veulent promouvoir l’action et avoir un impact
  • Tous ceux qui veulent laisser quelque chose en héritage
Certaines personnes ne s'intéresseront pas à ce que vous aurez à dire et l'inverse. Prenez-en conscience et misez sur ceux qui vous propulseront

Quelques interventions mentionnées dans le livre (liste non-exhaustive)

J’en ai sûrement oublié, mais voici les conférences sur lequel l’auteur s’est basé pour écrire ce livre.

C’est là d’ailleurs ce qui fait toute la richesse du livre : chaque conseil est basé sur du vécu de l’auteur, ce qu’il a pu voir en action. Il a assisté à des dizaines et des dizaines de conférences et de là en est sorti ce livre.

Des fois le titre est celui de la conférence des fois c’est le sujet sur lequel l’auteur cherche à attirer notre attention. Si quelqu’un souhaite absolument que cette liste soit la plus précise possible qu’il (ou elle) n’hésite pas à prendre contact avec moi  🙂

  • Bryan Stevenson – Injustice
  • Ernesto Sirolli – Humanitarian help in Africa
  • Dan Pink – Motivation
  • Lawrence Lesdits – Money and American politics
  • Malcolm Gladwell – The new spaghetti sauce
  • Dan Gilbert – Synthetic hapiness
  • Eleanor Londgen – Schyzophrenia
  • Andrew Solumun – Identity
  • Ken Robinson – La créativité chez les enfants
  • Sandra Aamodt – Neurosciences diet listen to your body
  • Hans Rosling – Physicist
  • Nancy Kanwisher – Neuroscience for everyone
  • Steven Johnson – Where do good ideas come from
  • David Christian – Big history
  • Bonnie Bassler – Biologist and bactéries
  • Elizabeth Gilbert – Le talent de conteur
  • Siegfried Woldhek – Léonard de Vinci
  • Emily Oster – Economic tools on AIDS
  • Dan Palotta – OBNL or NGOs or associations
  • Rebecca Goldstein – Slavery abolition
  • David Gallo – La mer
  • Markus Fischer – Un robot qui vole comme un oiseau
  • Michel Pritchard – Transforme l’eau sale en eau potable
  • Salman Khan – Let’s use video to reinvent education
  • Chris Milk – Virtual reality
  • Sylvia Earle – Protéger les océans
  • Thomas Heatherwick – Building the seed cathedral
  • Kent Larson – Brilliant designs to fit more people in every city
  • Regina Dugan – Du planeur à Mach 20 au colibri
  • Bran Ferren – Pour créer à travers les âges, associons l’art et l’ingénierie.
  • Juan Enriquez – L’âge de l’émerveillement en génétique
  • Dave Isay – Tout le monde a une histoire que le monde doit entendre
  • Amy Cuddy – Votre langage corporel forge qui vous êtes
  • Salman Khan – Enseignons pour la maîtrise et pas pour les résultats aux examens
  • Edith Widder – Une vie brillante dans le monde aquatique 
  • David McCandless – Slides
  • Hans Rosling – Slides
  • Lucy Mc Rae – Slides
  • Ben Saunders – Slides
  • Mac Stone – Slides
  • Jeremias Thorp – Slides
  • Drew Barry – Slides
  • Mark Robson – Lire ses notes
  • Maydoon Zayid – La première phrase, effet théâtral
  • Jamie Oliver – La première phrase, effet théâtral
  • Zakaria Ebrahim – La première phrase, effet théâtral
  • Ken Robinson creativity – Improvisation
  • Jill Bolt Taylor – Répétition
  • Susan Solomon – Répétition
  • Brene Brown – Le pouvoir de la vulnérabilité
  • Sherwin Nuland – Le traitement par électrochocs
  • Juan Enriquez – Déplacements
  • Elizabeth Gilbert – Déplacements
  • Carl Zimmer – Commencer par un visuel frappant
  • Alex Meade – Commencer par un visuel frappant
  • Elora Hardy – Commencer par un visuel frappant
  • David Christian – Commencer par un visuel frappant
  • Amy Cuddy & Jon Ronson – appel à l’action
  • Bill Stone – appel à l’action, prise d’action personnelle
  • Rita Pierson, des valeurs à partager
  • Esther Perel – appel à l’action, l’encapsulation / mise en perspective avec des faits. Une question étonnante mène à un moment agréable, une ouverture sur l’avenir/conclusion. Faire le lien avec l’introduction, reparler de la même chose et clore le sujet
  • Kelly Mc Gonigal – Utiliser au mieux sa voix
  • Jon Ronson – Utiliser au mieux sa voix
  • Amy Cuddy – Utiliser au mieux sa voix
  • Hans Ridding – Utiliser au mieux sa voix
  • Ken Robinson – Utiliser au mieux sa voix
  • Brené Brown – Inspiration lyrique
  • Bryan Stevenson – Inspiration lyrique
  • Danny Kahneman – How to conclude
  • David Egelman – Conclure en élargissant la perspective
  • JJ Abrams – Créer du suspens
  • Edith Widder – Créer du suspens
  • Julian Treasure – Comment parler pour qu’on ait envie de vous écouter
Pour partager cet article :